Bienvenue dans l'univers du massage naturiste à Paris !

Témoignage ; Sonia, masseuse confirmée

Pour parfaitement maîtriser l’art qu’est le massage naturiste, il est nécessaire de pratiquer beaucoup… Ou longtemps. C’est le cas de Sonia, masseuse nue experte devenue formatrice et responsable de salon de massage naturiste. Aujourd’hui, et entre autres missions, c’est elle qui est en charge des recrutements. Elle nous explique quelles sont les qualités exquises requises pour devenir une bonne masseuse érotique.

Bonjour Sonia. Pouvez-me détailler un peu votre parcours en tant que masseuse érotique ?

En vérité, j’ai toujours été très à l’aise avec mon corps et déjà durant mon adolescence, j’ai compris quel pouvait être le pouvoir qu’une jeune femme était capable d’exercer sur la gente masculine. Ce n’était que des jeux d’ados, assez innocents, mais psychologiquement, ils m’ont ouvert une voie. Après le lycée, comme de nombreuses étudiantes, j’ai cherché un petit boulot. En quête de repères, voire d’identité d’un point de vue sexuel, j’ai tout de suite dit oui quand on m’a proposé de danser dans des boîtes de strip-tease. Ça m’a tellement plu que j’ai arrêté les études pour ne faire que ça. Et je dois vous dire que je gagnais bien ma vie. Et puis petit à petit, le strip a un peu disparu pour laisser la place au massage nu. Donc, tout à fait logiquement, j’ai poursuivi dans cette voie. Je suis entrée dans un salon de massage naturiste il y a dix ans maintenant et j’y exerce toujours… De temps à autres.

De temps à autres ? Après ces expériences il semble que vous soyez devenue une véritable maîtresse dans l’art de la séduction et des massages sensuels, non ?

Si vous le dîtes ! Plus sérieusement, je pratique moins le massage du fait de mes fonctions actuelles. Entre le management des filles, l’administratif, l’entretien du salon, les prises de rendez-vous, les formations des filles, les cours de massage nu, les moments de discussion avec les clients qui attendent leur masseuse, je n’ai plus beaucoup de temps à consacrer au massage à proprement parler. Mais j’ai toujours quelques clients fidèles que j’aime à satisfaire moi-même. Et puis, il y a un autre paramètre qui entre en jeu ; l’âge. Même si je mets un point d’honneur à toujours entretenir mon physique, les efforts demandés se font plus ressentir et la fraicheur des jeunes masseuses du salon, leur engouement, le plaisir qu’elles prennent sont une véritable concurrence pour moi. Même si je dis cela en riant, je dos avouer que c’est quand même un peu vrai. A chaque fois que je vois une nouvelle génération de masseuses débutantes arriver, je me dis que je vais encore grimper d’un échelon dans la chaîne de responsabilité… Et m’éloigner un peu plus des alcôves sensuelles.

Et justement, quelles sont les perspectives pour une masseuse nue ? Je suppose qu’on ne peut pas masser toute sa vie durant ?!

Tout dépend de l’objectif initial. Si le but est de gagner beaucoup d’argent, on devient masseuse indépendante. Et on essaie de le faire durer le plus longtemps possible. Mais attention à la rigueur et au filtrage des clients ! Si on cherche seulement à prendre du bon temps et à financer ses études, le jeu s’arrête une fois le premier contrat de travail ‘civil’ signé ou lorsque l’amour véritable frappe à la porte. Pour d’autres, comme moi qui n’ai pas suivi de longues études, on devient responsable d’institut de massage nu, puis, pourquoi pas, manageuse de plusieurs salons. Les perspectives en interne sont intéressantes et épanouissantes. Il m’est désormais possible de concilier ma vie de femme avec celle de masseuse par exemple. Vous savez, il ne faut pas succomber aux clichés sur les métiers ‘physiques’. Nous savons jouer et tenir nos distances. D’autres sont bien plus impudiques et se vendent perpétuellement sans pour autant jamais montrer leur corps ? À l’arrivée, qu’est ce qui est le plus sain ?